cliquez sur les images pour les agrandir

Substitution du trichloréthylène

Le trichloréthylène (ou trichloroéthylène) est un composé organique de formule brute : C2HCl3 et de formule semi-développée : ClCH=CCl2. Il est également appelé trichloréthène (ou trichloroéthène), trichlorure d'éthylène ou d'éthène, trilène ou tout simplement trichlo ou trichlore.

C’est un solvant très puissant utilisé pour le dégraissage de pièces métalliques et qui est très volatile. Il peut être facilement utilisé sous forme vapeur.

 

En fonction des applications, ARCANE Industries vous accompagne et vous propose des alternatives au trichloroéthylène.

 

Dangers pour la santé :

En 1995, le trichloroéthylène a été classé " carcinogène probable " (il était auparavant classé " carcinogène possible ") par l'International Agency for Research on Cancer (IARC). Ceci a été entériné par la directive européenne 2001/59/CE de la Commission du 6 août 2001 portant vingt-huitième adaptation au progrès technique de la directive 67/548/CEE.

Il irrite la peau et les muqueuses, et est un toxique pour le système nerveux central : inhalé à de fortes teneurs (au-delà de 3 000 ppm), il peut entraîner le coma voire la mort en quelques minutes. De nombreux cas de maladie professionnelle ont été rapportés suite à une manipulation prolongée.

Le trichlo est également suspecté dans des études récentes d'avoir des conséquences neurologiques (maladie de Parkinson)

 

Selon la réglementation européenne, son utilisation est interdite pour les particuliers à une concentration supérieure à 0,1 %. Dans l'industrie, il faut procéder si possible à son remplacement par d'autres produits comme le tétrachloroéthylène (ou perchloroéthylène), le chlorure de méthylène (ou dichlorométhane (DCM)), d'autres dérivés d'hydrocarbures (cétones, alcools,…), ou par certains fluoroalcanes.  Cependant ces solutions ne permettent pas de répondre à la substitution par un produit « propre », c'est-à-dire répondant à un minimum d’impact sur l’homme et l’environnement.

 

Stabilité :

En présence d’eau et/ou de certains métaux, le trichloroéthylène peut se décomposer avec production d'acide chlorhydrique. L’acide libéré entretient alors la réaction de dégradation. Pour lutter contre ce phénomène, l'acide chlorhydrique peut être piégé par l’ajout de neutralisant. En fonction de l’application, le trichloroéthylène est additivé avec des stabilisants.

En présence de flamme ou a une température supérieure à 120°C il peut se décomposer en trois gaz extrêmement toxiques et corrosifs : monoxyde de carbone CO, chlorure d'hydrogène (ou acide chlorhydrique) HCl, chlore (dichlore) Cl2

S'il est lui-même non combustible, en revanche, ses vapeurs peuvent être explosives si elles se mélangent avec l'air (elles sont plus lourdes que l'air).

 

Stockage

Il doit être stocké dans un endroit bien ventilé, avec une température comprise entre 15 et 25 °C. Il doit être manipulé en milieu bien ventilé, avec des gants et des lunettes de protection. L'INRS préconise l'utilisation de gants en PVA (alcool polyvinylique). En cas d'exposition accidentelle de la peau et des muqueuses, il faut enlever les vêtements souillés, laver abondamment à l'eau et consulter un médecin.

Formulaire de contact